Rechercher
  • Audrey C.

LA GRATITUDE : Le secret d'une vie plus épanouie

Si vous vous intéressez à la psychologie positive, ou encore à tout ce qui a trait au développement personnel, alors, vous avez forcément entendu parler d’elle. En effet, la gratitude, avec ses quelques 120 millions de résultats sur Google, est devenu la star marketing du #thinkpositive.


Depuis plusieurs années, impossible de passer devant un rayon papèterie sans y voir exposé une dizaine de ces fameux carnets de gratitude, à l’esthétique souvent très girly, et vendu comme la solution miracle à toutes les personnes se sentant au creux de la vague ou encore souffrant d’un pessimisme chronique.


Mais alors, comment s’approprier cet outil pour en ressentir de vrais bénéfices à long terme ? Peut-on lui trouver des limites ? Peut-il convenir à tout le monde ? Mais surtout, comment être sûr d’avoir bien saisi le sens de ce qu’est la gratitude ?


Aujourd’hui, décortiquons ensemble ce phénomène mode, ambassadeur de la psychologie positive, afin de mieux le comprendre, et ainsi mieux l’intégrer à son hygiène de vie psychique.


LA GRATITUDE : C’est quoi ?


Nous ressentons de la gratitude dès lors qu’une personne a agi pour nous, pour nous venir en aide ou pour nous rendre la vie plus facile d’une façon ou d’une autre. Cela peut venir d’un ami, d’un partenaire, d’un voisin ou même d’un supérieur hiérarchique. La gratitude n’existe que lorsque l’action du bienfaiteur est désintéressée, elle est en tous points l’opposée de la redevabilité. Se sentir redevable, vous savez ce sentiment qui fait peser sur nos épaules une sorte de dette, qui nous ferait presque parfois nous sentir coupable.

La gratitude est un sentiment positif très bénéfique, que je ressens par exemple lorsque mon amie Elise me conseille une super vidéo de yoga pour apaiser mes douleurs dorsales, ou encore lorsque ma belle-mère me prépare ses fabuleux calamars farcis.


Mais alors, la gratitude dépend-elle uniquement de la bonne volonté des autres à vouloir me faire plaisir ? Pas du tout !


En effet, tout au long de ma journée, je peux éprouver ce sentiment parfois même sans m’en rendre compte, grâce à une myriade de petites choses qui rendent la vie plus jolie. Cela peut-être la renaissance de la nature au printemps, une odeur de pain chaud en passant près d’une boulangerie le matin, ou encore la sensation de légèreté et de bien-être que l’on ressent lorsque l’on est dans l’eau…

Ça paraît simple comme ça sur le papier, mais dans la vraie vie, comment puis-je faire en sorte de développer de façon optimale ce sentiment ?


LA GRATITUDE : ou le contact direct à nos émotions.


Se connecter à l’émotion, vaste programme. Et pourtant, sans ça, la gratitude aura bien de la peine à émerger en nous.


Il est important de savoir comment parvenir à la ressentir le plus possible, autrement, s’acheter un cahier de la gratitude sans en maîtriser l’usage nous pousserait forcément à lister des évènements comme on liste ses achats pour les courses. Mauvaise idée ! Enfin, sauf si vous êtes un incorrigible optimiste ! Dans ce cas, le challenge sera facile à relever. Mais comment faire quand nous nous trouvons dans un « mauvais mood » ? Comment faire si on est plus du genre Mercredi Addams que Laura Ingalls ? Comment s’éviter le tragique : « Mais en fait, je n’ai rien de positif dans ma vie ? ».


Il s’agit donc de modifier la lecture habituelle de notre journée, et plus largement de notre vie toute entière. C’est Rébecca Shankland, professeure des universités en psychologie du développement à Lyon et à Paris, qui amène cette lumière nouvelle sur le sujet dans son bouquin intitulé « Les pouvoirs de la gratitude ».


La question que l’on peut se poser, c’est « Qu’est-ce qui s’est bien passé pour moi aujourd’hui ? et qui/quoi a permis ça ? ».


L’humain a tendance à s’habituer aux choses positives de son quotidien, c’est ce que l’on appelle l’habituation hédonique. Ce phénomène, que je traiterai plus en profondeur dans un prochain article, survient lorsque les évènements positifs de notre vie deviennent une habitude : notre chéri, le premier café du matin, un rayon de soleil à travers les volets. Mais cela peut aussi toucher la sphère professionnelle : une augmentation, une promotion, une reconversion réussie ! En bref, dès lors qu’un fait positif est présent chaque jour dans nos vies, il devient une norme, et finit par perdre son pouvoir de nous rendre heureux.

Ces évènements sont finalement relayés au second plan, pour laisser place aux aléas et aux contrariétés, ce seront d’ailleurs de façon générale ces éléments négatifs que nous ressasseront au moment de nous endormir. Nous aurons donc une lecture terne de notre journée, et une tendance naturelle à en faire un bilan négatif.


Et pourtant ! Nous avons dès notre réveil vécu des moments de bonheur et de réconfort.

Pour exemple, avoir conscience de partager sa vie avec une personne que l’on aime et que l’on chérit peut-être une source intarissable de bonheur ! Se montrer chaque jour reconnaissant de son soutien et de sa simple bienveillance plutôt que de le vivre comme une habitude nous permettrait de ressentir du bien-être dès le moment où nous ouvrons les yeux.


Prenons un autre exemple on ne peut plus actuel : le confinement. Le confinement, c’est ce qui a bouleversé notre train-train quotidien, c’est ce qui a totalement défiguré nos habitudes. Mais si on peut peut-être lui trouver une qualité, c’est qu’il a mis en exergue ces petits riens qui nous rendaient si heureux au début mais qu’on appréciaient plus tellement pour ce qu’ils étaient vraiment.


Tenez, imaginez-vous avant le confinement, métro-boulot-dodo, et notez votre niveau de bonheur entre 0 et 10 à prendre un verre avec vos copines après le travail, sachant que 0 correspond à « ça ne me fait pas du tout plaisir », et que 10 correspond à « c’est ce qui me rend le plus heureux ». Si maintenant, je vous disais qu’il était possible de le faire, que là, tout de suite, vous pourriez boire un Spritz bien frais avec vos copines en terrasse, au soleil, votre note concernant votre niveau de bonheur serait-elle la même ?


Si avant le confinement, votre désir le plus cher était de faire le tour du monde en voilier avec Pierre Niney comme skipper, aujourd’hui, partager un apéro avec vos amis serait probablement une chose qui vous apporterait un bonheur immense ! Et pourtant, avant que tout ne soit chamboulé, c’était devenu une habitude, qui vous faisait plaisir certes, mais dont vous ne mesuriez pas le pouvoir qu’elle avait de vous rendre heureux.

Ces petits riens qui constituent des moments de plaisir et de partage, seul ou à plusieurs, mais qui additionnés font de grands bonheurs.


L’idée est donc de se nourrir de toutes ces choses positives afin de faire naître en nous une émotion bienfaisante, qui nous amènera à ressentir cette gratitude si salvatrice. C’est ça, se connecter à ses émotions. Porter de nouveau son attention sur tous ces faits positifs qui autrefois nous ont apporté du bonheur, mais auxquels nous nous sommes habitués. Il s’agit finalement de se constituer un album souvenir de moments doux et heureux, afin de pouvoir s’y plonger dès que le besoin s’en fait sentir.

Et puis, n’oublions pas que la gratitude est certes bonne pour soi, mais également pour les autres.


LES EFFETS DE LA GRATITUDE dans nos relations interpersonnelles.


Avez-vous remarqué l’effet d’une bonne action d’un individu sur notre comportement ?


Par exemple, si un collègue m’aide à boucler ce dossier urgent pour demain, ou bien si mon voisin a profité de déneiger son allée pour déneiger la mienne car il sait que je rentre tard du travail, cela va forcément générer en nous un sentiment de reconnaissance, sentiment plutôt agréable à ressentir. Mais rappelez-vous, ce sentiment n’existera que si l’unique motivation de cette personne est la gentillesse et l’altruisme, mais si, ça existe encore ! Et par effet rebond, cela va nous donner envie de nous montrer disponible et serviable pour eux, mais aussi pour les autres. Cela intègre en nous l’idée que faire le bien pour les autres engage de la positivité pour celui qui reçoit, mais aussi pour celui qui donne.


La réciprocité favorise l’entretien des comportements intègres et altruistes, elle permet ainsi de « s’efforcer » à vivre de façon plus harmonieuse et respectueuse, et pour finir d’en faire une habitude, puisque les retombées positives sur nos vies, notre humeur et notre épanouissement sont multiples !

Pourquoi cesser ou modifier un comportement alors qu’il me rend heureux et qu’il améliore la qualité de vie des autres et la mienne également ?


Mais pour que tout ceci puisse se jouer dans vos relations, attention à ne pas être trop exigeant ! Je m’explique…

La gratitude se fera plus facilement ressentir si vous n’avez pas un niveau d’attentes démesurément grand envers les autres. D’ailleurs, les gens très exigeants envers leur entourage ont un niveau de bonheur bien inférieur à ceux qui ont des attentes plus réalistes. Préférez plutôt être dans le « il a fait ça pour moi, cela me fait plaisir » plutôt que dans le

« avec tout ce que j’ai fait pour lui, il me doit bien ça ! ».

Prendre pleinement conscience des actions positives que les autres font pour nous ne pourra que faire naître le sentiment de gratitude, et ainsi nous pousser à agir avec cette même intention.

C’est sans aucun doute le meilleur outil pour garantir la longévité d’un couple, la réussite d’une collaboration professionnelle ou encore la sérénité d’une relation parent-enfant.


LA GRATITUDE : Ses bénéfices à long terme.


Vous l’aurez compris, la gratitude est une émotion très bénéfique à éprouver, elle est propice à l’épanouissement et à l’augmentation de notre niveau de bonheur.


Je le détaillerai dans un prochain article, mais savez-vous que le bonheur, selon une étude de l’université de Stanford, dépend à 40% de notre perception des évènements, et plus largement de notre environnement ?

Basiquement, cela revient à dire « quand on veut on peut », mais je vous l’accorde, ça n’est pas toujours si simple, d’où l’importance de revoir notre façon d’apprécier nos petits plaisirs quotidiens.


Le but, à long terme, est de procéder à un rééquilibrage entre ce qui nous rend heureux et ce qui nous nuit.

Comme vu précédemment, nous avons naturellement tendance à mettre de côté les moments de plaisir vécu durant notre journée, et de ne garder en tête que ce qui nous a causé du tort ou contrarié. Je vous rassure tout de suite, c’est humain, c’est naturel, mais ce n’est pas une fatalité.

En effet, au même titre qu’un cercle vicieux, un cercle vertueux de la pensée peut s’entretenir, afin de devenir une habitude, une nouvelle hygiène de vie psychique. Le but est de développer un rapport différent à tout ce qui nous entoure : notre environnement, les autres, et surtout soi.


Alors, soyez tranquille, tenir un carnet de gratitude n’est pas obligatoire pour entretenir sa gymnastique positive ! Pour certain cela peut même être contre-productif, puisqu’il y a derrière cela une notion de « devoir », d’obligation, de labeur à accomplir et qui n’a pas sa place dans la dynamique visée par cette pratique. La simple action de réinterpréter sa vie peut suffire à améliorer sa positivité.


En s’efforçant à la pensée positive et à la reconnaissance, nos distorsions cognitives négatives s’en verront affaiblit, et laisseront plus de place aux sentiments heureux et bienfaisants.

Il est plutôt facile de comprendre que si nous mettons tout en œuvre pour voir la vie du bon côté, s’efforcer de faire le bien, ne pas être un bourreau exigeant envers son entourage, mais aussi chérir et se nourrir de ces multiples instants vécus qui nous font du bien, la vie s’en trouve bien plus simple et épanouissante !


EN BREF !


Alors oui, je sais ce que vous vous dîtes : « ça ne fait pas un peu bisounours tout ça ? ». Mais entre nous, ça ne vous fait pas envie ? Même pas un tout petit peu ?


Développer la gratitude, la chérir, la transmettre, s’en trouver plus heureux, serein, épanoui, c’est plutôt un joli programme non ?


Oui je sais, c’est toujours plus facile à dire qu’à faire. Mais j’espère que cet article vous offrira une vue différente de cette sacro-sainte gratitude dont vous avez si souvent entendu parler, et qu’il vous permettra de mieux vous l’approprier.


Je vous invite dès maintenant à procéder à cette fameuse « relecture » de votre journée dont je vous ai parlé plus haut, afin d’en tirer le bilan le plus positif qui soit, et je suis certaine qu’il le sera !


Si vous souhaitez passer du concept de cet article au concret de votre vie personnelle, je serai ravie de vous accompagner afin de vous aider à apprivoiser cet outil. Il suffit d’une décision, d’un déclic pour que tout change !


À bientôt pour aborder ensemble un autre sujet autour du bien-être et du « prendre soin de soi ».


Audrey.

  • Facebook
  • Instagram

078 763 00 50